Infiniti Q50h : Une main de fer dans un gant de velours

Q50_front_view_PPT[1]

La Q50 remplace la G37 qui n’a pas connu le succès chez nous. Et pour bien s’armer face à la concurrence européenne, elle propose deux nouvelles motorisations : l’indispensable diesel mais aussi une puissante hybride qui combine performances et sobriété. Verdict !

Séductrice avec son style contemporain et dynamique, la Q50 inaugure de nouvelles motorisations plus en phase avec nos contrées. C’est ainsi que l’ancien et unique moteur essence 3.7l V6 est remplacé par un 2.2l diesel d’origine Mercedes et l’excellente version 3.5 V6 hybride essence de notre modèle d’essai.

Dotée de la transmission intégrale optionnelle et d’autres fioritures, notre voiture était une version « full option » bien attrayante. Question look et présentation, la Q50 se distingue avec un design élégant et un habitacle à la finition exemplaire qui fait très high tech. Elle n´a rien a envier au premium allemand qui constitue chez nous le « tiercé gagnant ». Mieux, vu sa rareté, elle se démarque du reste du « troupeau » qui arpente quotidiennement nos routes.

A son volant, on découvre une voiture raffinée, performante, sobre en carburant et - last but not least – très agréable à conduire ! En effet, son châssis équilibré et précis est superbement assisté par un groupe motopropulseur essence/hybride ultraperformant. Vif et puissant, il confère à la Q50h des performances détonantes tout en se montrant d’une douceur absolue en conduite coulée, très appréciable dans le trafic. Son moteur hybride fait réellement référence tant il allie silence de fonctionnement en conduite normale et une sonorité enthousiasmante lorsqu´on sollicite les hauts régimes. Tout cela sans le défaut typique des hybrides japonaises, soit la sensation de « pédaler dans la choucroute » à chaque accélération. Logique, on dispose ici d’une véritable boite automatique à 7 rapports et non d’une transmission à variation continue. En outre, sa sobriété est remarquable avec une consommation autoroutière de 7,5 l/100 km pour une moyenne globale de 8,9 l/100 km au terme de notre essai. Bref, une alléchante alternative aux diesels premium teutons !