TESLA Model S : Electron libre

SONY DSC

Après avoir produit la première voiture de sport électrique, la « Roadster », basée sur la Lotus Elise, Tesla s’est lancé dans le segment des berlines de luxe avec une réalisation 100% maison.

Venue d’ailleurs…

Tesla sort de nulle part. Portée par son fondateur Elon Musk (entrepreneur et inventeur multimilliardaire), cette marque ambitionne de devenir une référence dans le segment des voitures électriques à caractère sportif. Ses résultats commerciaux – près de 40.000 ventes depuis son lancement – et ses coopérations avec de grands constructeurs comme Mercedes ou Toyota sont là pour le confirmer. Sa dernière création, la Model S, est une berline 5 portes au look sportif et racé. Basse et bien campée sur ses énormes roues de 21 pouces, elle ressemble au croisement hypothétique d’une Jaguar XF avec une Mazda 6, mais cela s’arrête là car d´un point de vue technique elles ne partagent pas grand-chose. En effet, le châssis tout aluminium et son architecture 100% électrique lui autorisent un « packaging » avantageux avec énormément de place dans l’habitacle (5 places + 2 en option) ou dans les coffres avant et arrière (>850 dm3). Mais ce qui impressionne le plus en montant à bord c´est sa console centrale où prône un énorme écran tactile au format d’un double iPad. Il se pilote du bout des doigts « à la Apple » et fait office d’interface homme-machine (le fameux HMI) en permettant de tout surveiller et contrôler à bord, ou presque.

Une conduite d’un autre monde

Au volant, les sensations de conduites sont tout simplement extraordinaires ! Son moteur électrique impressionne par son silence et l’absence de vibration mais surtout par ses accélérations foudroyantes (Sic!)… quelle différence avec une voiture diesel par exemple ! La position centrale et extrêmement basse de la batterie – sous le plancher entre les essieux – profite au centre de gravité ; la garantie d’une excellente tenue de route malgré le poids conséquent de l’engin (2,1 tonnes pour le modèle 85 kWh). Accélérer est un continuel plaisir, mais le plus agréable c’est encore de circuler nonchalamment en ville dans un silence total au volant d’un superbe et inconnu bolide… Difficile de faire plus « cool » et exclusif ! Mais qu’en est-il de l´autonomie, la problématique des voitures électriques ? Eh bien elle est étonnante puisqu’il serait possible de parcourir près de 500 km avec la version 85 kWh… en étant raisonnable avec la pédale de droite bien sûr ! Cependant, la recharge demeure son point faible puisque, avec une installation domestique classique, elle demande bien plus de 24 heures ! Pour pallier cela, Tesla propose l’installation de bornes domestiques plus performantes tout en déployant un vaste réseau de « superchargers », des bornes de charge ultra rapides. A terme, elles permettront de parcourir l’Europe du Nord au Sud en faisant des haltes tous les 300 km, et cela gratuitement à vie ! Décidément cette voiture est un OVNI…

Conclusion

La Model S impressionne à bien des égards. Belle, spacieuse, rapide, technologique, et « écologiquement correcte » (n’oublions tout de même pas que, dans la majorité des cas, la production d’électricité génère du CO2 et des émissions polluantes !), elle apparaît cependant moins géniale en utilisation courante vu la contrainte de devoir la recharger sur des bornes rapides dédiées. De plus, son argument principal qui est de disposer d’une autonomie importante donne à réfléchir puisqu’il se paye via la présence de très lourdes batteries qui grèvent les performances et, surtout, la consommation d’énergie. Jugez plutôt, elle a besoin de près d’1 tonne de batterie pour parcourir la même distance que vous feriez avec 30 litres de diesel, soit 24 kg !

En conclusion, telle qu’elle existe aujourd’hui, la voiture électrique n’est pas faite pour faire de longues distances… Où est donc l’intérêt d’une grosse berline routière électrique ? Pas pour rouler en ville… sauf si c’est juste pour se faire remarquer !