Peugeot 208 GTI : GTI Chic ou Choc ?

SONY DSC

Lointaine descendante de la fameuse 205 GTI, la 208 fait une entrée remarquée dans le clan des bombinettes en arborant à nouveau les 3 lettres magiques. Mais parviendra-t-elle à égaler son illustre ancêtre ?

Découverte

Question look, la 208 GTI est plutôt réussie avec sa silhouette compacte et trapue dont se dégage une ambiance « sport chic ». Il faut dire que sa présentation est soignée avec un souci du détail particulièrement recherché. A l’extérieur, on remarque sa calandre traitée façon drapeau à damier, sa ceinture de caisse soulignée par un bandeau en aluminium brossé ou encore le logo magique apposé sur ses custodes. L’habitacle suit, lui aussi, la même tendance avec des touches de rouge évoquant avec nostalgie le passé glorieux de la marque au lion … Bref, c’est bien sympa et ça donne envie d’en découdre !

Technique

Accusant 1160 kg sur la balance, la 208 GTI a maigri de presque 100 kg par rapport à sa devancière (207 RC), tout bénéfice pour son agilité, ses performances et sa consommation… il était temps ! Son moteur, dont les entrailles sont partagées avec la Mini Cooper S, est le fruit de la collaboration entre BMW et PSA. A ce titre, il fait appel à l’injection directe et à la suralimentation turbo twinscroll mais aussi à la variation continue du contrôle des soupapes. Si pour vous, tout ça c’est du chinois, retenez simplement qu’il s’agit de ce qu’il se fait de mieux dans le domaine. Mais on ne parle là que de mécanique, car pour ce qui est la gestion électronique, elle est spécifique à chaque marque et c’est ce qui fait la différence. Au-delà des chiffres de puissance et de couple bruts (200 ch. et 275 Nm),  c’est sa « signature électronique» qui traduit le caractère d’un moteur ; c’est de la sorte qu’on apprécie désormais le savoir-faire des constructeurs… ou des préparateurs.

Conduite

En s’installant à bord, on est surpris par le tout petit volant et la position rehaussée des instruments de bord. C’est la dernière trouvaille de Peugeot qui, par ailleurs, la décline au reste de sa gamme comme chez les nouvelles 2008 et 308. Le but ? Procurer une lecture « tête haute » des informations de conduite tout en ne quittant pas la route des yeux. Si, en théorie, l’idée est bonne, elle pèche dans sa mise en pratique. En effet, certains conducteurs se plaignent de voir les compteurs masqués par le volant… trouvaille discutable donc !

.

Pour le reste, l’habitacle jouit d’une belle finition, de beaux sièges sport et d’un équipement très complet (les « Geek » apprécieront le système multimédia à écran tactile auquel ils pourront brancher leur Smartphone). Volant en mains, on découvre une petite sportive dynamique au moteur pêchu et agréable à l’oreille mais dont le temps de réponse se fait sentir au début des accélérations. La 208 enroule les courbes rapides à merveille mais la sensibilité de son ESP sur le train arrière peut surprendre lors des freinages appuyés. Son châssis dispose d’un réglage de suspension qui allie sportivité et confort tout en se montrant efficace. On regrettera juste un certain manque de sensations dynamiques… ces fameux soubresauts propres aux GTI pures et dures. Finalement, la 208 GTI a donc évolué avec sagesse par rapport à son ancêtre ; elle dispose d’une présentation flatteuse, d’un confort appréciable et belles performances. Mais, signe des temps, elle s’est muée en GTI chic, délaissant quelque peu les sensations et surtout le côté radical des GTI d’antan.