Ford Fiesta ST : Graine de championne

SONY DSC

Après la très réussie Focus ST, Ford offre aujourd’hui la version sportive qui manquait à la Fiesta… histoire de faire le lien avec le modèle WRC présent en championnat du monde des rallyes.

Découverte

A l’inverse de son illustre grande sœur, feu la délirante Focus RS, la nouvelle Fiesta ST reste discrète en adoptant un style tout en retenue. Certes, elle arbore bien des boucliers plus généreux, un becquet de toit et une assiette rabaissée de 15 mm, mais c’est tout ! Si bien qu’en l’absence des logos « ST », elle passerait quasiment pour une simple Fiesta diesel tout juste équipée d’un kit sport. Finalement, ce look « stealth » me convient bien car la surprise des autres conducteurs n’en sera que plus grande…  Ce qui me plaît moins, par contre, c’est son habitacle tristounet à la planche de bord et l’instrumentation identiques à celles d’une sage Fiesta… à un détail près pourtant, ses sièges sport siglés Recaro; ouf ! 

Technique

En fait, ce qui m’intéresse le plus dans cette Fiesta très spéciale se situe sous son capot, soit son moteur 1.6 EcoBoost. Déjà implanté dans la Focus, ce 4 cylindres essence de 1.6 l de cylindrée sait y faire. Jugez plutôt : turbo, injection directe, double déphasage de la distribution et fonction overboost. Résultat, 182 ch. et 240 Nm en mode normal mais surtout 200 ch. et 290 Nm pendant les 20 s autorisées par le mode overboost, sympa ! Et pour faire passer toute cette cavalerie par son train avant moteur, la boîte 6 manuelle est assistée par un contrôle électronique de la motricité baptisé eTVC qui reste actif même si l’ESP (disposant de 3 modes) est débranché. Ajoutons encore que la ST s’équipe de freins à disque aux 4 roues, que sa suspension est raffermie et que sa direction est plus directe.

Conduite

Bon, c’est très bien tout ça, mais c’est « comment » derrière le volant ? Tout d’abord, la position de conduite est excellente et les superbes sièges Recaro offrent un maintien qui ne l’est pas moins. Le pédalier est, lui aussi, bien disposé pour autoriser l’exercice du talon-pointe, un des rares défauts qu’avait la Focus RS. Du côté du moteur, c’est très sympa aussi avec une courbe de couple bien pleine et une capacité à monter dans les tours rare chez un turbo. Ajoutons à cela sa belle sonorité, qui est amplifiée dans l’habitacle par le « sound symposer », ainsi que son échappement à la tonalité rauque, et on obtient un cocktail aux saveurs sportives des plus enivrantes. Mais Ford ne s’appellerait pas Ford si ses ingénieurs s’étaient juste contentés de travailler le moteur ; vous vous en doutez, le travail de mise au point du châssis a aussi retenu toute leur attention et le résultat est tout simplement bluffant. La direction directe procure un excellent feeling de la route à travers les très sportifs Bridgestone RE50 dont la rigidité fait merveille sur le sec mais un peu moins… sous notre pluie.  La tenue de route est impressionnante d’agilité et de neutralité; la voiture est soudée au sol, pas vicieuse pour un sou ! Bref, ça passe très fort partout et en toute confiance, en un mot, EFFICACE ! Certains confrères lui reprochent sa suspension trop ferme mais ils oublient peut-être que nous avons affaire à une véritable sportive, pas une gentille citadine au look tuning… Pour ma part, je suis conquis: jamais une petite sportive ne m’avait donné autant de satisfaction à attaquer les petites routes de campagne ou à tracer sur Autobahn où nous l’avons mesurée, en légère descente, à 241 km/h réels (mesure GPS) … D’ailleurs, un conducteur de Mercedes – rencontré sur notre route – s’en souviendra longtemps !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage au banc

Lors de notre reportage, nous avions trouver que le moteur de notre exemplaire débordait de santé et avons donc décidé de le soumettre à une petite vérification chez notre partenaire Shiftec… Ce test a confirmé nos sensations puisque les courbes de puissance et couple culminent à 209 ch. et 310 Nm respectivement ! Voilà donc un atout de plus pour cette étonnante Fiesta ST.