FORD Focus 1.0 EcoBoost : La preuve par trois !

Ecoboost 16

Après le lancement des 1.6l et 2.0l Ecoboost, Ford poursuit la modernisation de ses moteurs essence avec son nouveau 1.0l Ecoboost. 

Ce moteur fait appel à la technique du downsizing puisqu’avec seulement 1 litre de cylindrée il est supposé surpasser les performances du 1.6 l et les consommations du 1.25l qu’il remplace ! Voyons quelles sont les technologies utilisées pour arriver à de tels résultats…

D’abord son bloc 3 cylindres qui utilise la fonte plutôt que l’aluminium. La raison ? Un coût de fabrication réduit, mais aussi une rigidité accrue, bénéfique pour les puissances élevées tout en absorbant les vibrations plus fortes du 3 cylindres. Ensuite son vilebrequin décalé par rapport à l’axe des pistons pour réduire les frictions (favorisant le basculement du piston autour du point mort haut), tout comme le traitement des surfaces des cames et des poussoirs de soupapes. Son système d’injection directe de 2ème génération (150 bars de pression) est associé à un tout petit turbo pour un temps de réponse extrêmement court (couple maximum à partir de 1400 tours/min) auquel contribue aussi la double distribution variable des arbres à cames d’admission et d’échappement (le croisement d’ouverture des soupapes améliore le remplissage des cylindres tout en maintenant la turbine du turbocompresseur en vitesse). Le collecteur d’échappement est intégré à la culasse pour réduire le coût et le poids tout en profitant du circuit de refroidissement du bloc moteur. En effet, cette technique favorise la montée en température plus rapide du moteur (grâce au double circuit de refroidissement séparé de l’échappement et de l’admission) et permet de fonctionner à des températures élevées (1050°C), ce qui limite la quantité d’essence injectée à pleine puissance. Un autre subterfuge permettant de réduire la consommation réside dans l’utilisation d’une pompe à huile à cylindrée variable qui s’adapte automatiquement à la demande de pression d’huile du moteur. Terminons ce tour d’horizon technique par la courroie de distribution sans entretien (car barbotant dans l’huile du carter) et l’ensemble volant moteur / poulie primaire volontairement déséquilibrés pour compenser l’irrégularité cyclique du 3 cylindres (ce qui évite de faire appel à des arbres d’équilibrage lourds, encombrants et coûteux)… Une sacrée carte de visite technique !

Le plus réjouissant, c’est que toutes ces mesures ne sont pas seulement intéressantes sur le papier mais aussi en pratique comme le démontrent les chiffres de performance et de consommation réalisés par la Focus.  Verdict : 11.3 s au 0-100 km/h et 193 km/h en pointe, tout en consommant 5.0 l/100km et en rejetant 114 g CO2/km (version 125 ch.) !  Ces valeurs sont tout bonnement exceptionnelles pour un moteur essence de cette taille… Des performances d’un 2.0 l essence d’il y a 20 ans tout en consommant moitié moins !

Sur la route, nous avons pu constater l’étendue des compétences de ce moteur au volant de la Focus puisqu’il est pratiquement impossible de déceler la présence d’un 3 cylindres sous le capot. Le silence et la douceur de fonctionnement sont tout simplement bluffants, ce moteur est si doux et équilibré qu’il accepte de tourner à 1000 tours/min en côte sans broncher ! La force de traction n’est pas en reste puisque le couple maximal, disponible très tôt dans les tours, rend la conduite souple et amusante,… mieux qu’avec un diesel moderne. Et pour encore enfoncer le clou, le faible poids de ce moteur – puisqu’il est petit – améliore d’autant le comportement routier de la Focus qui devient diaboliquement agile dans les enchaînements de virages. Bon, tout cela est bien beau, me direz-vous, mais qu’en est-il des consommations réelles enregistrées au volant de cette Focus ? Eh bien, elles sont, elles aussi, impressionnantes puisque nous avons réalisé une moyenne de 5.5 l/100 km avec la version 125 ch. sur des routes vallonnées – mais en jouant avec les techniques de l’écoconduite, avouons-le. Il faudra plutôt tabler sur 6.5 l/100km en moyenne, ce qui reste remarquable.

Au final, le verdict est on ne peut plus positif puisque Ford a relevé un défi difficile à imaginer, ne fut-ce que sur le papier. Faire un moteur hyper compact, avec le juste milieu de technologie et un maximum de performances et d’économie. Chapeau bas Ford !